Infopreneur blogueur doit-il avoir le profil du formateur en ligne 2.0 pour Réussir ?

Infopreneur blogueur doit-il avoir le profil du formateur en ligne 2.0 pour Réussir ?

[Propos qui risquent de déplaire à certains] Les formateurs professionnels en présentiel ne sont pas les seuls à pouvoir s’orienter vers une activité de formateur en ligne 2.0. L’infopreneur, blogueur et yootubeur, prestataire de services pédagogiques au sens large, a aussi un profil pertinent (en changeant ses pratiques…). Découvrez pourquoi !

Cet article s’inscrit dans le prolongement de l’article « Qui peut devenir formateur 2.0 ? », que je vous invite à lire au préalable.

Internet regorge de freelances aux profils diversifiés (infopreneur, blogueur et youtubeur…) qui fournissent d’une façon ou d’une autre des contenus de valeur à leur audience. Ces profils sont aujourd’hui incités à voir la formation à distance comme une activité connexe, ou plutôt comme un approfondissement de leur activité, compatible avec leur parcours et leurs aspirations. Ils ont des qualités non-négligeables pour réussir dans la formation digitale.

SOMMAIRE :

Infopreneur

L’infoprenariat, c’est quoi ?

Depuis une quinzaine d’années, une nouvelle tendance provenant des États-Unis a fait son apparition en France : l’infoprenariat.
Les infopreneurs sont des entrepreneurs de l’information qui vendent leur savoir pour se constituer un revenu récurrent en ligne.

infopreneurs
Séquence de vidéos

Les infopreneurs vendent principalement des formations vidéos hébergées dans un espace membres et des infoproduits du type ebooks.

Une petite minorité des infopreneurs proposent en complément de leurs prestations de l’accompagnement (coaching, consulting).

marketing bienveillant

Une question que l’on peut se poser : « est-que l’infoprenariat est une alternative au salariat, une opportunité qui peut s’inscrire comme un nouveau métier ? ».

Comme la situation salariale actuelle fonctionne très mal,  de nombreuses personnes ont envie de créer leurs propres revenus en s’appuyant sur la démocratisation de l’apprentissage en ligne.
Il n’est donc pas étonnant que l’infoprenariat a le vent en poupe surtout qu’aujourd’hui plus d’un Français sur trois envisage à l’avenir de créer ou de reprendre une entreprise.

infoprenariat, un métier ?
Un métier ?

Malheureusement, pour envisager l’infoprenariat comme un nouveau métier, cette industrie devra se professionnaliser et ne pas compter uniquement sur des revenus passifs.
Ainsi en évoluant dans la bonne direction, la majorité des infopreneurs pourront vivre de leur activité en ligne, ce qui est loin d’être le cas à l’heure actuelle !
Voyons Pourquoi…

⇒ La réalité du marché de l’infoprenariat

Aveuglées par de belles promesses, beaucoup de personnes se tournent vers le web entrepreneuriat et plus particulièrement vers l’infoprenariat (c’est magique…).

Le marché des infopreneurs est difficilement quantifiable

Car ce n’est pas un métier reconnu en tant que tel. Cependant, nous pouvons l’évaluer à environ 150 000 infopreneurs francophones en exercice. Et une chose importante, ce marché se renouvelle tous les ans avec de nouveaux entrants (et de nombreux abandons…).

marché infopreneur

Cette enquête, réalisée par l’un des gourous du secteur (Pas besoin de citer son nom…) est représentative de cette industrie, car 125 000 infopreneurs ont été contacté.

Environ 10 000 infopreneurs ont répondu à l’enquête.

Trois thématiques (développement personnel, entrepreneuriat internet, indépendance financière) représentent plus de 60% du marché.

infoprenariat acteurs

Leaders.
Quelque dizaines d’acteurs réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 24 000 €/an.

Challenger
10% environ des infopreneurs obtiennent un revenu complémentaire en réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 24 000 €/an.

Amateurs
Environ 90% des infopreneurs obtiennent des revenus négligeables, voire rien du tout !

On peut en conclure que le marché est très concentré : 90% du marché font très peu de chiffre d’affaires .
Nous pouvons comprendre facilement par ces chiffres que le meilleur public des infopreneurs qui réussissent sont les infopreneurs qui ne réussissent pas !

infopreneur leader

Les leaders sont ceux qui « apprennent » aux suiveurs de devenir des leaders… Bien entendu, pour devenir leader de cette industrie, vous aurez donc à avoir le bon état d’esprit : ce qui inclut bien évidemment de vous former chez eux… 🙂

On peut donc se poser cette question…

« l’infoprenariat est-elle une gigantesque arnaque ? ».

J’aurais tendance à vous répondre par OUI même si de nombreux infopreneurs sont honnêtes. POURQUOI ?

J’ai suivi ce milieu depuis 2009 lorsque Mr Godefroy était encore de ce monde (Paix à son âme), le grand départ de l’infoprenariat en France. Les gros acteurs du marché d’aujourd ‘hui ont bien entendu bénéficié de sa liste (énorme) pour lancer à leur tour, leurs formations magiques…

Il faut savoir que ce marché est tenu et cloisonné par très peu d’acteurs ayant de très grosses listes de contacts (leaders). Par exemple, il n’est pas étonnant qu’après un superlancement, un infopreneur à succès arrive à obtenir 300 ventes à 2000€ (avec une promesse de gain « bidon » et autres techniques douteuses de manipulation) en pénétrant le marché via l’affiliation marketing.

milieu infopreneur

LE SAVIEZ-VOUS ?
Ces leaders choisissent d’ouvrir la porte de leur « Club Privé » (donc à l’accès à leur grosse liste de contacts) à quelques personnes qui ont acheté leurs formations.
Et ainsi, ils obtiennent leurs beaux témoignages à la suite d’un lancement orchestré réussi… Pour crédibiliser leurs méthodes. Et le tour est joué pour plumer les 99 % restant.

Les leaders savent que la vraie clé de leur réussite est la taille de leur liste, car beaucoup de personnes ne sont pas réceptives à ce type de « promesse mensongère ». Et pour cause…
Ex. Pour réussir à faire 300 ventes en touchant 100 000 personnes, le taux de conversion est de seulement 0,3%

De plus, comme je vous le disais, le marché se renouvelant sans cesse, les leaders de ce marché (dans une grande majorité) n’ont pas réellement besoin de fidéliser leur clientèle…
Pour eux, vous êtes une poule aux œufs d’or. Plus ils vendent leurs méthodes miraculeuses « Faites comme moi » à un prix démesuré (pour certains), plus ils peuvent vous démontrer leur réussite financière. C’est un cercle vicieux…

marketing bienveillant

Dans ce contexte, en suivant les méthodes des leaders, avec un taux d’échec à plus de 90%, il est difficile d’inscrire l’infoprenariat comme un vrai métier !! Et donc une réelle opportunité pour vous surtout qu’à l’avenir les formations en ligne (sans accompagnement) coûteront de moins en moins chères… Allez sur Udemy pour vous en rendre compte…

Si vous n’en êtes pas conscient(e) maintenant, vous allez perdre votre temps et votre argent par la même occasion (au lieu d’en gagner…). Vendre des produits numériques, ce n’est ni facile, ni rapide !

infopreneur crédule

En suivant les belles paroles de ce milieu (qui s’adresse tout particulièrement aux débutants / plus facile à plumer et bien plus facile à satisfaire), vous pensez être un rebelle intelligent ?
Tristement, vous serez en définitive un suiveur docile et crédule !
Réfléchissez un tant soit peu à la véracité des promesses qui vous sont faites, et vous ne pourrez qu’être d’accord avec mon analyse…

ET DONC…

⇒ L’infopreneur qui veut réussir a tout intérêt à professionnaliser ses pratiques

Un infopreneur n’est pas un formateur en ligne

En effet, peu de personnes se revendiquant comme des « infopreneurs » peuvent être réellement qualifiées de formateurs 2.0.

Leurs offres de formation manquent (très souvent) de qualité pédagogique et d’accompagnement. Nombreux sont ceux qui, sur internet, confondent « formation » et « information ». L’information ne prétend pas à la cohérence et à la progressivité de la formation, elle est brute et ne donne pas lieu à un accompagnement particulier.

Pour réussir à vivre de son activité, l’infopreneur devra donc élargir ses prestations et ne pas compter uniquement sur la vente de produits numériques (obtenir des revenus en dormant / revenus passifs…) sans aucune interactivité avec ses clients.

marketing bienveillant

Les intentions et l’honnêteté des infopreneurs ne sont pas critiquables, elles sont même louables (y compris la volonté de tirer des revenus conséquents de leur activité). L’infoprenariat est à l’origine d’un mouvement plein d’espoir, rêvant d’une circulation des idées sur le Web, source de revenu pour tous.

Les objectifs de l’infopreneur ?

Le souhait d’un infopreneur est avant tout d’être indépendant, et de vivre de sa passion et de son expérience. Rien de plus compréhensible.
Et de manière générale, les infopreneurs aspirent à mettre à profit leurs compétences au service d’une activité qui leur ressemble et dont ils seraient fiers.

  • Mais malheureusement peu d’entre eux ont pris conscience qu’avant de générer des profits, toute entreprise demande du travail, une réflexion stratégique, et des efforts constants sur la qualité.
  • Peu d’entre eux ont compris que mettre l’apprenant au cœur de leur stratégie est la seule solution viable à long terme. Très peu d’infopreneurs parviennent à tirer leur épingle du jeu, car ils se fondent sur les conseils erronés et les pratiques peu scrupuleuses de certains vendeurs de rêve…
  • Cette grande communauté d’infopreneurs, souvent déçus de leurs résultats, commence à prendre conscience de ses atouts.

Les infopreneurs ont été formés à des techniques de vente sur internet.
ils sont très souvent blogueurs et youtubeurs eux-mêmes. Certains ont des bases de contacts importantes qu’ils peuvent atteindre efficacement s’ils souhaitent proposer leurs offres.

Surtout pas infopreneur. Pas d’insulte !

Je demandais il y a quelques jours à un formateur : quelle est votre activité ? Dans sa réponse : « Surtout pas infopreneur. Pas d’insulte ».

Pourquoi ce serait une insulte d’être perçu comme un infopreneur ?
Pourquoi lorsque l’on sort de ce tout petit monde d’infoprenariat, les gens ont une très mauvaise image de ce métier, de ce mouvement…

Pour une simple raison : la majorité suivent les pratiques peu scrupuleuses de certains vendeurs de rêve…  Aveuglé par les promesses de « richesse », l’infopreneur se met lui-même une balle dans le pied.
Non seulement la majorité des infopreneurs gagnent des clopinettes et en plus leur métier est très mal perçu. Une situation qui n’est pas très enviable et à tous les niveaux…

Pensez-y si vous êtes dans cette situation… Faites en sorte que ce mouvement d’infoprenariat garde sa « noblesse » initiale.

infopreneur formateur 2.0

Pour pérenniser sa petite entreprise, l’infopreneur a donc tout intérêt à professionnaliser ses pratiques et à crédibiliser son image.
Il a l’opportunité d’opérer une mue et de devenir un véritable formateur 2.0. Et ainsi pouvoir obtenir des revenus confortables de manière bienveillante…

Pour télécharger ce guide, inscrivez-vous et devenez membre privilégié de Marketing Bienveillant.

Devenir formateur en ligne 2.0

Blogueur et Youtubeur

⇒ Le blogueur

C’est quoi un blogueur ?

Le blogueur partage régulièrement des articles avec sa communauté de lecteurs. Il existe des blogs sur tous les thèmes, aussi bien centrés sur la vie professionnelle que sur la vie personnelle.

blogueur infopreneur

Le blogueur utilise ses articles pour crédibiliser son expertise, se positionner sur Google, attirer des lecteurs et parfois vendre des prestations complémentaires (formation ou coaching par exemple).

Il cherche un moyen d’exploiter commercialement son trafic, sa communauté, tout en continuant à se faire plaisir. La formation en ligne apparaît comme la continuité évidente de son activité : il s’agit de dépasser le partage d’information pour aller vers la formation à valeur ajoutée (donc avec accompagnement).

Il profite d’un trafic et de compétences digitales facilement mobilisables pour vendre ses offres de formation. Un blogueur qui a du succès est une personne qui a su être identifiée comme crédible dans son domaine d’expertise, une personne qui a une plume agréable à lire, qui sait écrire en prenant en compte les contraintes du web, et qui sait peut-être même optimiser ses pages pour le référencement naturel. Autant de qualités utiles pour devenir formateur 2.0.

Note : bien entendu, un infopreneur a tout intérêt à bloguer pour crédibiliser son expertise…

Comment gagner votre vie en devenant blogueur professionnel ?

Beaucoup vous présentent le bloguing comme un moyen pour gagner votre vie. Ceci étant dit, sachez que l’on ne vit pas d’un blog. Un blog n’est qu’un moyen de communication.

En fait, avant de lancer un blog, vous devez réfléchir à sa monétisation pour construire votre affaire en ligne. Un blog peut devenir un business si et seulement si vous avez une expertise sur un thème précis. 

Tenir un blog est un travail de longue haleine... Donc, il est impératif que vous choisissiez un thème que vous aimez, un thème où vous avez des compétences.

De plus, il est inutile de réaliser un blog si le marché choisi n’est pas rémunérateur. Voyez au préalable s’il y a des produits et/ou services qui se vendent bien. La première chose à faire est de faire une étude de marché !

La rentabilité de votre blog passera avant tout par la vente de vos propres produits numériques et services. Tout en ayant bien à l’esprit qu’un blog professionnel est une entreprise à part entière !

En second plan, lorsque vous aurez un large trafic et de la notoriété, viendra la vente de produits d’affiliation. Le reste, comme la publicité Google AdSense ne représentera qu’une infime partie de vos revenus.

⇒ Le youtubeur

Le youtubeur fait généralement partie de la génération des « digital natives » née dans les années 80 et 90. Il a bien compris la puissance du média vidéo et a décidé de s’en servir pour partager son savoir, et fidéliser une communauté.

Finalement, la démarche est proche de celle du infopreneur blogueur. Il propose de l’information gratuite à travers ses vidéos, et amène parfois les visiteurs de sa chaîne vers des offres complémentaires (formation, conseil etc.).

Par ailleurs, de nombreux youtubeurs se lancent uniquement par passion, sans volonté initiale de faire des bénéfices. Ils découvrent le potentiel commercial de leur visibilité lorsque le succès est au rendez-vous. Mais rares sont ceux qui attirent suffisamment de trafic sur leur chaîne pour être courtisé par les grandes entreprises en quête d’espace publicitaires.

Youtubeurs formateur 2.0
Youtubeurs

Aujourd’hui, les youtubeurs se rendent compte qu’ils ont une place hybride dans l’économie du savoir, et ils ont tout intérêt à proposer des formations à distance plus développées à leur communauté.
Ils savent faire des vidéos et des présentations animées, ils n’ont pas peur de développer des médias en ligne. Les youtubeurs manquent de connaissance en pédagogie, mais ils ont commencé à animer une communauté.

Ils ont l’habitude de proposer des contenus gratuits et savent que cela est nécessaire pour gagner la confiance de leurs prospects. Ceux qui ont du succès savent aussi jouer de leur personnalité et projeter un fort dynamisme dans leurs vidéos. Surtout, le Youtubeur jouit, comme le blogueur, d’un trafic important rapidement mobilisable. Là encore, le Youtubeur possède déjà des qualités essentielles d’un formateur 2.0.

Note : en complément pour diversifier leurs sources de trafic, de nombreux infopreneurs ont ouvert une chaîne YouTube.

Infopreneur Blogueur, prêt pour devenir formateur 2.0 ?

Finalement, que vous soyez un infopreneur, un blogueur ou un youtubeur, ou tout autre freelance souhaitant faire de la formation une activité complémentaire, proposer des formations e-learning de qualité est une opportunité pour :

  • vous diversifier,
  • pour approfondir votre activité,
  • et pour passer à la vitesse supérieure.

Mais cette transformation ne peut se faire que si vous :

  • professionnalisez vos pratiques ;
  • et si vous mettez l’accent sur la qualité de vos prestations.

En bref, pour devenir un(e) formateur (trice) 2.0, vous aurez à augmenter la valeur-ajoutée
de vos prestations :

  • concevoir des formations pédagogiques ;
  • animer vos communautés d’apprenants ;
  • accompagner vos clients dans leur progression ;
  • évaluer l’acquisition des connaissances et des compétences ;
  • piloter les résultats…

Infopreneur blogueur ou encore Youtubeur,  envisagez-vous d’exploiter vos compétences digitales au service d’une offre de formation de qualité ? Pour enfin vivre dignement de votre activité en ligne  

Ne manquez plus rien !

Devenez Membre Privilégié

de Marketing Bienveillant

Je veux m’inscrire…

Thierry Dubois

Thierry Dubois

Business Partner Bienveillant du consultant freelance, formateur-coach en ligne. Objectif : vous accompagner à valoriser votre expérience et à générer un flux continu de clients qualifiés.

Cet article a 6 commentaires

  1. Bonjour Thierry

    Merci pour cet article intéressant.
    Je vois encore beaucoup de pubs FB de gens promettant « l’indépendance financière » si on suit leurs conseils.

    Finalement peu importe le nom d’infopreneur youtubeur ou autre, l’idée reste de se focuser sur les besoins de son utilisateur cible et d’y répondre de la manière la plus pertinente, notamment via formation mais pas que, où la formation reste une pièce du puzzle du parcours pédagogique (cf ton article quel est l’avenir de la formation en ligne »). Bref, imaginer différents points d’entrée pédagogiques pour répondre aux formats d’apprentissage des élèves.

    1. Oui Nicolas, surtout se focaliser sur les besoins de ses clients. Et avoir comme priorité de les satisfaire !

  2. Les « rebelles intelligents », ça en dit long sur la façon dont Olivier …, considère les gens qui le suivent, pour les appeler ainsi dans ses vidéos.

    Pour moi, ça le fait passer définitivement pour un [Pas d’injure, merci].

    Autre chose, le domaine de l’indépendance financière, c’est quoi ?

    1. Sur le plan « marketing », « rebelle intelligent », c’est bien trouvé.
      Ce sont des arguments égocentriques pour que son client ressente que sa formation lui permettra de se démarquer face aux autres.

      Il cible toutes les personnes qu’en ont marre de travailler chez un patron pour un petit salaire, qu’en ont marre du système actuel…
      Donc des personnes qui veulent se rebeller pour une vie meilleure. Et en choisissant « la semaine des 4 heures », « devenir riche avec son blog », ils ont l’intelligence de ne plus travailler comme les autres…

      Le marché de l’indépendance financière, c’est large : vivre de ses revenus sans être obligé de travailler… Qui se divise en plusieurs niches du genre : Investissement boursier, Immobilier, etc.

  3. Merci pour cet article vraiment intéressant. On lit trop peu d’info à ce sujet !

    Je suis cliente d’une grosse plateforme française de LMS depuis plus de deux mois…j’ai mis presque un an à me décider à aller vers eux ne me retrouvant pas dans leur état d’esprit « marketing agressif ». J’ai fini par céder car ils sont les seuls à proposer une plateforme « couteau Suisse » de ce type et en français. De plus, il est quasi impossible de trouver des commentaires négatifs à leur sujet sur le web, c’est assez dingue.
    J’ai dépensé 2300 € pour accéder à leurs services pendant un an et suivre une formation d’un niveau très médiocre lorsque l’on est formateur(rice) comme moi. En effet, même si la plateforme est vraiment idéale pour ceux qui ne maitrisent pas la technique, le contenu pédagogique est quant à lui, très bas de gamme… sans parler du suivi personnalisé ! Et pour cause, ce n’est pas leur métier, comme vous le soulignez très bien dans votre article.
    Bref, mes formations en ligne sont en cours de création, j’ai de l’espoir car j’ai quand même appris des choses, mais en même temps, j’ai aussi l’impression de m’être faite un peu avoir…

    1. Merci Julie pour votre retour d’expérience.
      2300 euros pour du médiocre… C’est un bon exemple.
      Je vois. La fameuse D… family… Embarquez pour la planète Kling Kling, on vous attend !

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez 17 guides pratiques


68 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer