Clarifiez et développez vos forces de caractère pour mieux entreprendre

Clarifiez et développez vos forces de caractère pour mieux entreprendre

Comme nous venons de le voir les forces de caractère sont des caractéristiques personnelles et elles motivent vos comportements. Elles vous donnent du plaisir lorsque vous les utilisez et  vous êtes triste ou démotivé si vous ne les utilisez pas ou bien si vous en êtes privé. Mais que se passe-t-il  avec les forces dans cette partie importante de votre vie qu’est le domaine du travail ?
Voyons maintenant les forces de l’entrepreneur…

Les forces peuvent-elles vous aider dans  votre métier d’entrepreneur ?  Peuvent-elles vous apporter des bénéfices ?  Sans aucun doute, oui !  

Alors, il s’agit maintenant de clarifier votre objectif d’entrepreneur et identifier les forces de caractère qui vont vous aider dans vos missions. Car comme dit le proverbe, « il n’y a pas de bonne destination pour celui qui ne sait pas où il va ».

Etape 2. Les forces de l’entrepreneur et comment les implanter ?

Les forces de l’entrepreneur

⇒ Les forces sont peu exploitées dans le monde du travail…

Comme je le disais précédemment,  chacun naît avec des forces, et les développe au cours de sa vie, soit dans sa vie personnelle,  lors des loisirs, mais il peut également les développer dans sa vie professionnelle.

Les études montrent pourtant qu’elles sont peu exploitées dans le monde du travail. Et pourtant,  Harzer et Ruch, (2012a) ont montré que les salariés qui utilisent au moins quatre de leurs forces de caractère ont des expériences de travail plus satisfaisantes que ceux qui en utilisent  moins. Il semble donc que plus on utilise ses forces plus on est heureux de son travail. 

Ils précisent que quelle que soit la force de caractère utilisée, son utilisation favorise la satisfaction au travail, le plaisir, l’engagement et le sens (dans le sens réalisation) dans son travail.

forces de l'entrepreneur

L’utilisation des forces de caractère augmente les caractéristiques très importantes pour la personne qui les a et les utilise,  mais également pour l’environnement.

En effet, si une personne est heureuse d’utiliser ses forces, elle travaille mieux, a plus d’énergie et instaure une attitude positive qui contribue au développement d’énergie positive dans l’entreprise. 

Enfin, les auteurs  montrent qu’il est préférable que les forces de caractères soient congruentes avec l’activité de travail (Harzer & Ruch, 2012b).  
Il m’est souvent arrivé de demander des conseils à des bibliothécaires ou des libraires. Pourquoi ? Outre le fait que c’est leur métier, ces personnes ont des forces comme l’amour de l’apprentissage et la curiosité et ont invariablement des réponses qui montrent leur ouverture au monde et leur ouverture d’esprit.

D’aucuns se demanderont  comme pour la question qui mobilise les foules « Qui de l’œuf ou de la poule est arrivé en premier ? », est ce que ces personnes ont développé une compétence professionnelle ou bien si leurs forces sont optimisées dans cette mission ?  Encore une idée de recherche !

⇒ Etude de cas

Je vous propose d’étudier plusieurs cas  dans des métiers différents à l’aide d’un tableau. 

Dans la première partie du tableau figure le métier, dans la deuxième colonne sont listées les différentes missions réalisées dans le métier.

Dans la troisième colonne, il suffit de se plonger dans la liste de l’étape 1 qui liste les forces de caractères pour choisir les forces cohérentes avec les missions pour répondre à la question : De quelles forces ont-ils besoin dans leur travail ?

forces dans le travail

À vous d’essayer maintenant :

forces dans le travail

⇒ Votre métier…

Comme vous vous en êtes probablement rendu compte, plusieurs forces peuvent renforcer une mission de votre travail. Celles que j’ai listées ne représentent pas une liste exhaustive, mais ne sont qu’une indication.  Je vous propose maintenant de faire votre propre tableau par rapport à votre travail.

  1. Faites votre tableau personnel comme ci-devant en listant d’abord les missions principales que vous effectuez dans votre travail.
  2.  Au besoin, demandez à des collègues de vous donner la liste des missions qu’ils vous voient faire et  rajoutez-les.
  3.  Ensuite, prenez la liste des forces et notez celles qui vous semblent nécessaires  pour réussir cette mission.
  4.  Vous en avez probablement certaines et peut-être que d’autres vous manquent.

Analyse : Votre travail utilise-t-il des forces que vous avez ?

Vous pouvez le savoir, car tout ce qui vous semble facile et aisé est sûrement motivé par une ou plusieurs forces et si votre travail vous donne de grandes satisfactions, c’est un bon choix de travail.

Si ce n’est pas le cas et que votre métier vous demande énormément d’efforts, quelles sont les activités extérieures dans lesquelles vous vous sentez bien et qui vous plaisent ?

forces dans votre travail

Repérer les forces utilisées à l’extérieur de votre travail va donner un indice précieux sur le chemin à parcourir.

Par exemple, pour une personne qui posséderait la force du leadership et ne l’exercerait pas dans son travail, il peut l’exercer agréablement dans son club de foot ou de rugby, etc.
Ainsi, il est toujours possible d’exprimer ses forces dans sa vie, le mieux serait comme le disait Confucius  de « Choisir un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie »  et pour paraphraser, choisir un travail qui permet d’utiliser toutes ses forces et ainsi avoir  l’impression de s’épanouir chaque jour.

Nous avons ainsi un positionnement clair de votre travail par rapport à vos forces. Il s’agit maintenant de réguler plus finement l’utilisation des forces, et c’est ce que nous allons voir dans la suite.

La nécessité d’un dosage précis et fin

Pour résumer ce titre, on pourrait dire qu’ « une force est une force », que « trop de force n’est pas une force » ou que « pas assez de force n’est pas une force ». En fait, chaque force dosée de la bonne manière permet un fonctionnement optimal.

⇒ Prenons un exemple : la force de l’humour

 Si l’on prend la force de l’humour, on sait qu’elle implique une capacité à rire, à taquiner amicalement, et apporter du bonheur aux autres. 

Les individus avec cette force voient le côté lumineux de la vie dans de nombreuses situations, se réjouissent plutôt que de laisser l’adversité les tirer vers le bas. Avoir de l’humour ne désigne pas nécessairement juste raconter des blagues, mais plutôt d’avoir une approche ludique et imaginative ou décalée de la vie.

forces de l'entrepreneur

Par les émotions agréables qu’elle produit, la force humoristique est un facteur de bonne santé psychique et physique. Elle apporte aussi de la cohésion et du soutien social.

Kuiper (2012)  a montré que l’humour permet de réguler les émotions négatives et ce n’est pas forcément un hasard si les plus grands comiques de notre temps comme Djamel Debbouze ont vécu des moments difficiles dans leur enfance et le tournent en dérision dans des sketches hilarants ou des films  de référence.

Ainsi, cette force apporte de la légèreté et génère des émotions positives chez celui qui le pratique et/ou celui le reçoit, si elle est bien dosée.

Faire rire, c’est faire oublier.
Quel bienfaiteur sur la terre, qu’un distributeur d’oubli !

Victor Hugo

Le trop est ennemi du bien 

Pourtant une sur-utilisation d’humour ne va pas être un atout et risque de desservir celui qui la pratique. Qui en effet ne connait pas une personne telle que cela : « Tout bois fait feu » pour ces personnes qui se moquent de tout et de tout le monde d’une façon outrancière. 

Si c’est acceptable pour des comédiens ou comiques reconnus qui utilisent l’humour d’une façon adaptée (et professionnelle), repousser les limites est de mauvais gout. Utiliser l’humour d’une façon excessive est contre-productif et peut mener à des conflits, des problèmes dans les relations.

Par exemple, peut-on faire confiance à quelqu’un qui a « trop d’humour » ?  Peut-on lui faire confiance ? Il peut également s’agir d’une façon d’éviter de s’intéresser aux problèmes sérieux dans la vie, pour quelqu’un qui manquerait d’estime de soi, en essayant de se valoriser par l’humour.

Pas assez…

De la même façon, quelqu’un qui n’utilise jamais cette force et qui manque d’humour serait également vu comme un  conformiste ou même un bonnet de nuit. Et ne montre pas une image très favorable.

J’ai remarqué que dans les congrès scientifiques avec les plus grands de ce monde, une réflexion humoristique est bien accueillie ; peut-être vous rappelez vous ce fou rire communicatif de Bill Clinton aux propos de Boris Eltsine ?  Preuve que les grands aussi pratiquent l’humour à bon escient…

D’autre part,  les recherches montrent que les personnes anxieuses ou dépressives utilisent moins l’humour. Elles disent que la situation ne s’y prête pas, qu’elles ne sont pas douées pour faire rire ou alors veulent passer pour des personnes sérieuses.

D’autre part, certaines personnes notent moins que d’autres, l’absurdité d’une situation et n’ont pas cette grille d’analyse de l’effet comique d’une situation ou d’autres formes d’humour. Comme elles l’utilisent peu, elles sont moins confiantes en leur capacité de faire rire. Guy Bedos dit que « l’inverse de l’humour n’est pas le sérieux, mais la soumission », cela nous interroge donc sur le positionnement de celui qui n’a pas du tout d’humour.  Voici donc l’équilibre  captivant à maintenir  sur la force de l’humour.  

⇒ La force du courage

Je vous propose un deuxième exemple pour illustrer cette réflexion avec la force du courage.

En dosage optimal, le courage est la capacité à agir pour aider les autres en dépit des risques ou de dangers. Cette force permet aux gens de diminuer les menaces, les défis, ou des douleurs associées au fait d’avoir tenté de faire de bonnes œuvres. Les actes courageux sont entrepris volontairement en toute connaissance de l’adversité potentielle.   

courage, force de caractère

Comme personne courageuse, on peut citer  Philippe Croizon. Cet homme, victime d’une électrocution qui lui vaut une amputation des 4 membres, s’est lancé plusieurs défis sportifs  qu’il a réalisés.
C’est la pleine puissance de la force utilisée à son meilleur niveau.  

Trop :

Les personnes qui ont cette force en excès aiment se confronter à une limite, et sont accros à la sensation du danger. Cela peut révéler une confiance excessive qui peut correspondre à une sous utilisation de la sagesse et du discernement lorsqu’un risque est pris de façon inadaptée.

La bravoure peut se transformer en témérité. Cela signifie prendre des risques inutiles dans des circonstances où l’option sûre serait vraiment plus raisonnable. Il peut y avoir des conséquences fâcheuses comme accidents, banqueroutes, faillites, et contre-performances…

Pas assez :

Par opposition, les personnes qui n’utilisent pas assez cette force peuvent souffrir d’un manque de confiance et avoir une estime de soi basse qui les empêche de s’engager et d’agir. Ils choisissent la voie la plus facile pour échapper à leur responsabilité.

Il se peut également qu’ils ignorent leurs compétences et leurs ressources pour agir, ils sont peut-être en pilote automatique dans leurs actions sans se poser de questions.  Par contre, pour nuancer un peu, une personne peut être en sous-utilisation de cette force dans une situation par exemple, au travail, ou dans le sport et être très courageuse dans une autre comme une personne qui réaliserait  sa force comme pompier.

Comme vous l’avez compris, il est très important de doser de façon optimale la force et de repérer les surdosages ou sous dosages  qui peuvent entraîner des comportements inadaptés. Si vous les repérez, il s’agit de les réguler en ayant une action adaptée. 

Comme nous l’avons vu dans la première étape, le repérage et l’observation constituent une étape qui va permettre de favoriser un fonctionnement adapté de l’entrepreneur et de générer ainsi une performance optimale.

Le dosage est lui aussi une étape importante. Lorsque  vous réunissez les 3 éléments, que vous les utilisez de façon régulière et optimale, votre vie d’entrepreneur va prendre un nouveau tournant. C’est ce que nous allons voir dans la prochaine étape. 

Implémentation  des  forces de l’entrepreneur

Maintenant que vous connaissez le potentiel des forces, le repérage des forces et le dosage optimal, il s’agit de mettre de la puissance et du plaisir dans le fonctionnement pour améliorer sans cesse ces côtés de votre personnalité en naviguant avec confiance et en sécurité en tenant compte de votre potentiel de forces.

⇒ Projetez-vous dans le futur avec vos forces

Voici un exercice qui va vous y aider en vous projetant dans le futur avec vos forces.

1 – Dans la première colonne, vous pouvez identifier vos forces et le contexte dans lequel elles sont utilisées. Comme nous l’avons précédemment vu, il peut s’agir de forces utilisées au travail dans votre métier d’entrepreneur ou de manager, mais également dans des rôles sociaux qui permettent également de savourer l’utilisation de cette force à l’œuvre (responsable d’association, bénévole, conseil municipal, etc.)

2 – Dans la seconde colonne, vous préciserez comment renforcer et nourrir cette force, c’est-à-dire faire varier l’utilisation en la répétant (par exemple renforcer l’équité en faisant un planning juste, renforcer la maîtrise de soi en gérant des situations inhabituelles). Il s‘agit là d’actes concrets et opérationnels qui renforcent et ancrent l’utilisation de la force.

3 – Dans la troisième colonne, vous mettrez des éléments de temporalité qui vont permettre d’en faire un objectif SMART (spécifique, mesurable, accessible, réalisable et inscrit dans la temporalité).

4 – La colonne suivante va proposer de généraliser l’utilisation des forces avec les proches, les collègues, les membres de l’organisation

5 – La colonne suivante va préciser les effets produits par l’utilisation des forces, soit parce qu’ils sont rappelés d’une situation vécue soit parce qu’ils sont imaginés dans une visualisation future. Les études en neurosciences montrent la puissance de l’imagination qui peut favoriser des chemins synaptiques et cela même en imagination afin de les rendre plus fluides et donc favoriser la réponse de ces connexions neuronales d’une façon plus rapide.

6 – Il s’agit de partir à la découverte de la conscience de cette force. Quand est-elle apparue clairement la première fois ?

7 – Le contenu de cette colonne favorise la production d’un comportement en imaginant comment l’utilisation future va se produire

Voici un exemple du tableau complété  pour trois forces !

forces de l'entrepreneur

La vie de l’entrepreneur n’est pas toujours un long fleuve tranquille et chaque jour amène son lot de difficultés. Le travail avec les forces de l’entrepreneur vous sera alors très utile.

Procédure d’utilisation des forces face à une difficulté 

Si vous êtes confronté à un problème (quel qu’il soit),  disposez une feuille de papier avec l’intitulé du problème puis reprenez la liste de l’étape 1 qui liste les forces de caractère et choisissez de 1 à 5 forces qui pourraient aider à faire face à ce problème. Inscrivez-les sur la feuille.  

Voici quelques exemples :

Peut-être, manquez-vous de confiance en vous

En relisant la liste des forces de l’étape 1, recherchez  de 1 à 5 forces qui pourraient vous aider. Courage ? Persévérance ?  Créativité ? Enthousiasme ?  Curiosité ?

 Pour chaque force, retrouvez des souvenirs où vous avez éprouvé la sensation de posséder cette force. Restez en lien avec cette sensation pour penser à votre projet. Comment le courage s’est il concrètement manifesté dans votre vie la dernière fois ? Puis écrivez spontanément ce qui vous vient, tout de suite, sur la feuille.    

Renouvelez l’expérience forces / sensation / écriture pour chaque force. Laissez la feuille 6 heures puis reprenez-la et laissez venir  votre intuition. 

Peut-être, manquez-vous de planification :

En relisant la liste des forces de l’étape 1, recherchez de 1 à 5 forces qui pourraient vous aider à la planification. Discernement ? Prudence ? Intelligence sociale ?  Leadership ? Travail d’équipe ? Optimisme ?

Ce travail ne résoudra pas forcément le problème, mais il agira comme un catalyseur pour repérer la ou les forces de caractère nécessaires dans cette situation, permettra de les déclencher et de les stimuler et de mettre en place en passant par un souvenir de sensation d’utilisation de la force.

Le mot de la fin

Nous voici arrivés à la conclusion de ce voyage dans les forces de caractères, dans les forces de l’entrepreneur, un voyage au cœur de vous et de votre potentiel !

marketing bienveillant

Une approche résolument orientée vers vos forces plutôt que vos déficits rend les choses beaucoup plus agréables et permet de franchir des étapes plus sereinement.

Rappelez-vous que les émotions positives sont source de créativité et vous permettent d’utiliser vos ressources de façon plus agréable, de les magnifier et de développer votre potentiel d’entrepreneur de tant de façons différentes. 

Martine Regourd Laizeau

Soyez confiants, sereins sur vos ressources et prenez le temps de les challenger 2 fois par an dans un rendez-vous avec vos forces car le potentiel qui dort, n’apporte pas forcément la solution, c’est dans la stimulation positive que tout est possible !
L’étape franchie devient un nouveau point de départ vers votre évolution future !

Faites-moi part de vos témoignages, de vos expériences et de vos questions, je serais ravie de les lire,  et de vous répondre ! À très bientôt

< Etape 1 : utilisez vos forces de caractères pour booster votre business

Ne manquez plus rien !

Devenez Membre Privilégié

de Marketing Bienveillant

Je veux m’inscrire…

Martine Regourd Laizeau

Martine Regourd Laizeau, je suis Docteur en psychologie, formatrice depuis 20 ans, coach mental, et experte en psychologie positive.

Cet article a 1 commentaire

  1. Valérie

    Merci pour ce voyage initiatique pour ma part Martine. Votre premier article sur les forces a confirmé mes traits de caractère et mes forces. Cet article est tout aussi intéressant et nous amène à réfléchir sur la façon d’améliorer/renforcer ses forces.

    Je vais suivre désormais vos articles.

Laisser un commentaire