Comment déployer un cours en ligne, sa créativité pédagogique ?

Comment déployer un cours en ligne, sa créativité pédagogique ?

Vous approchez du but. Le moment tant attendu de la diffusion de vos contenus pédagogiques va bientôt arriver et l’excitation monte !

Mais attention ! Avant de déployer et publier votre cours en ligne, quelques tests et vérifications s’imposent. En effet, il serait vraiment dommage de faire preuve d’impatience et de pécher par précipitation.

Ensuite, il sera temps de vous transformer en VRP des temps modernes, pour promouvoir votre cours en ligne. Comment ?

Eh bien ! c’est ce que nous allons voir dans cette quatrième et avant-dernière partie.
Et pour paraphraser un célèbre penseur de ma génération : Vous voilà lancé « vers l’infini et au-delà » – Buzz l’éclair.

Présentation > Étape 4 : déployer un cours en ligne

Comment préparer le lancement de votre cours en ligne ?

Dans le précédent article, nous avons vu ensemble « Comment réaliser un cours en ligne« . Alors, c’est bien beau tout ça ! mais maintenant que vous avez produit vos vidéos, vous en faites quoi de ces contenus ?

Patience ! C’est ce que nous allons voir maintenant pour bien déployer votre cours en ligne.

⇒ Choisissez votre méthode de diffusion

Souvenez-vous ! Dans la toute première partie de cette méthode « Comment définir et réussir son projet e-learning », vous avez réfléchi aux moyens de déployer votre cours en ligne.

Alors ? qu’avez-vous choisi ? Une plateforme d’apprentissage (LMS) « All inclusive », un environnement plus soft ?

Dans cet article, je ne m’avancerai pas à comparer les différentes plateformes.

Tout d’abord parce qu’il y en a plus que de puces sur le dos d’un chien errant. Ensuite, pour être tout à fait honnête, je manque cruellement d’objectivité concernant les plateformes « tout-en-un ».

En effet ; elles se veulent à la fois un outil marketing et pédagogique. Or, de mon point de vue, elles ont du mal à remplir ces deux fonctions correctement, et malheureusement, souvent au détriment de la pédagogie. Et maintenant que vous commencez à me connaître, vous l’aurez compris, « je n’aime pas avoir mal à ma pédagogie ».

Je vous invite donc à lire, ou relire, l’article de Thierry Dubois Comparatif – Quelle plateforme de formation en ligne choisir pour bien vendre ? qui vous aidera à vous orienter, si vous êtes à la recherche d’une plateforme de formation en ligne, pour vendre vos cours sur le web.

 déployer cours en ligne

Toutefois, si je peux me permettre de vous donner un conseil, choisissez avant tout une plateforme qui vous simplifie la vie. Et surtout qui correspond à votre business model et aux besoins de votre public cible !

Rappelez-vous ! Pour mon cours, j’ai choisi la solution la plus simple et la moins onéreuse. J’ai utilisé la plateforme en ligne Google Classroom. Alors, je ne vous expliquerai pas dans cette méthode comment mettre vos cours en ligne sur Google Classroom, toutefois, afin de vous être agréable et parce que je suis sympa …, je mets à votre disposition ce tutoriel qui vous montrera comment faire.

⇒ Contrôlez vos contenus

Vous voilà désormais tout près du but. Cette phase est à la fois :

  • enthousiasmante, car vous approchez de votre objectif ;
  • frustrante, car vous ne devez pas vous précipiter.

Ce serait quand même ballot que tout le travail accompli soit gâché par une orthographe douteuse, des consignes peu claires ou un manque de liens entre les différentes séquences.

 contrôle avant déployer un cours en ligne

Imaginez la tête de vos apprenants si « Votre score » devient « Votre corps » à cause d’un correcteur d’orthographe qui a pris un peu trop de liberté. J’en parle d’autant plus facilement que c’est exactement ce qu’il m’est arrivé… Oupsss !

Donc, prenez le temps de relire votre cours et de le visionner à tête reposée. Contrôlez ou faites contrôler l’orthographe, la justesse des contenus, l’enchaînement des séquences, le respect des objectifs. Tout doit être passé au crible.

Alors, n’hésitez pas à faire ce travail en groupe. Quand on travaille sur le même thème depuis quelque temps, on a parfois tendance à avoir la tête dans le guidon et à manquer cruellement de hauteur.

D’ailleurs, pour vous aider, j’ai créé un forum de discussions et d’échanges sur la plateforme SLACK. Il vous permettra notamment d’échanger, de partager des contenus, des expériences, et d’obtenir de l’aide sur la réalisation de cours à distance. Je compte donc sur vous pour venir alimenter ce forum.

Hébergez ou intégrez vos vidéos

Plusieurs possibilités s’offrent à vous !

1 – Déposez votre contenu vidéo sur une plateforme d’hébergement de type Viméo, etc.

Il vous suffit ensuite d’insérer le lien de partage de votre vidéo (ou l’Iframe), généré par la plateforme, qu’il vous suffira d’intégrer à votre cours.
Attention, si vous choisissez cette méthode, faites-en sorte qu’à la fin de votre cours il n’y ait pas de publicité orientant votre apprenant vers d’autres contenus. Vous risqueriez de perdre son attention. Et là ! bonjour la procrastination. Cette courte séquence vidéo vous aidera à déposer vos contenus sur YouTube.

Note : pour une formation payante, je vous conseille de prendre un abonnement Viméo pour plusieurs raisons. Car contrairement à YouTube :

  • vous pouvez changer la vidéo sans changer le lien ;
  • vous obtiendrez une meilleure expérience utilisateur (La gestion du player, interface plus claire) ;
  • vous pourrez sécuriser vos vidéos (vidéos non partageables)

L’inconvénient, c’est que si la vidéo est supprimée sur le site de l’hébergeur, elle n’apparaîtra plus dans votre cours. Rassurez-vous, c’est tout de même rare.

2 – Intégrez directement le fichier vidéo dans vos contenus.

Dans ce cas, il vous faut télécharger votre fichier MPEG, AVI, MP4… dans votre cours. L’avantage c’est que votre vidéo sera toujours disponible. En revanche, compte tenu du poids des fichiers vidéo, plus vous en aurez, plus cela sera compliqué.

Testez avant de publier

Je vous recommande maintenant de procéder à une phase de test (pour éviter le crash).

Et pour ça, le regard extérieur a toujours du bon. Il permet notamment de s’assurer que le message est bien perçu, et de la manière que vous souhaitez. En outre, il aide à mettre le doigt sur des éléments que vous n’avez pas vus, de s’assurer que le cours est cohérent et que les articulations sont fluides.

Soyez donc ouvert à la critique, ne prenez pas les remarques trop à cœur.

L’objectif est de faire parler ouvertement pour avoir un maximum de retours sur un maximum de sujets :

  • Le contenu ;
  • La compréhension ;
  • L’élocution ;
  • Le débit ;
  • Les consignes d’exercices ;
  • La variété des évaluations ;
  • La méthode ;
  • L’apparence ;
  • La progressivité.

Ensuite créez-vous un compte utilisateur, pour tester comme si vous étiez un apprenant lambda (rien à voir avec la danse brésilienne…) et vous assurer que tout est conforme. D’autre part, cela vous permettra également de suivre et recevoir les notifications que vos étudiants, tout au long de la formation.

Faites un test d’inscription, vérifiez ensuite que les cours s’ouvrent bien, que les liens fonctionnent (tous les liens !), que les vidéos se lancent, que les exercices sont accessibles… En gros, procédez comme si vous meniez l’enquête. C’est grâce à cela que vous pourrez améliorer votre cours, en procédant à quelques retouches.

 marketing bienveillant

Je vous recommande vivement de mettre en place un guide de tests sur les points que vous souhaitez contrôler.
Pour vous aider, vous trouverez dans l’espace membre, un outil très simplifié que vous pouvez utiliser et/ou améliorer pour contrôler la qualité de vos cours E-learning.

C'est à vous...
  • Choisissez votre méthode de diffusion
  • Contrôlez vos contenus
  • Ajoutez vos contenus vidéo
  • Testez votre cours

Comment bien diffuser votre apprentissage, votre créativité pédagogique ?

⇒ Vous êtes prêt à déployer votre cours en ligne ? Publiez !

Ça y est, vous avez tout contrôlé et tout testé. Tout est enfin prêt à être publié. C’est le moment de vérité !

Il ne vous suffit plus qu’à valider ! Or, c’est souvent le moment le plus difficile. On se pose mille questions, on essaye de passer en revue ce qui pourrait ne pas fonctionner correctement, on se demande si on a suffisamment de légitimité pour diffuser ce cours.

 publier cours en ligne

Alors là, je dis stop ! On arrête la prise tête et le hamster dans la roue.

De toute manière, vous aurez toujours une bonne raison de ne pas lancer votre cours. Donc prenez une grande respiration, faites un transfert d’énergie du lobe frontal vers l’index de votre main droite et… cliquez !

Ça y est, c’est fait, votre cours est en ligne ! et vos premiers apprenants ne vont pas tarder à s’inscrire.

Par acquit de conscience, vous pouvez tester à nouveau l’inscription et le déroulé de la formation, maintenant qu’elle est en ligne. En tout cas, « moi j’le fais ! ». 

⇒ Diffusez l’information, soyez un VRP des temps modernes

Nous abordons là une des parties que je préfère : assurer la promotion du cours en ligne.

C’est maintenant que vous sortez l’as de votre manche : le teaser.

 marketing bienveillant

Vous souvenez-vous de mes recommandations dans le précédent article : « Comment produire simplement un cours vidéo en ligne ?« . Si vous les avez suivies, vous devriez avoir réalisé un teaser, c’est à dire une courte séquence vidéo présentant votre formation.

Eh bien ! c’est maintenant qu’il va prendre toute son importance et que vous allez devoir l’utiliser, pour assurer la promotion de votre cours.

Procédons dans l’ordre.

Être visible

Votre premier objectif est de rendre votre offre visible.

  • Quelle méthode de communication allez-vous choisir ?
  • Quel canal de diffusion allez-vous employer ?

Allez-vous plutôt utiliser les réseaux sociaux, les campagnes e-mailing, la publicité sur des sites web ou des blogs, etc.
Pour le savoir, vous devez à nouveau penser « persona ». Quels sont les habitudes, les préférences, les moyens de communication de votre public cible ?

Ensuite, faites-en sorte de le diffuser à grande échelle. À votre public cible, bien entendu, mais également à l’ensemble de votre réseau et aux professionnels du thème abordé.

Par exemple :
Si vous êtes enseignant, vous pouvez communiquer via le site de votre université, via les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, …) ou la presse spécialisée à destination des étudiants et des professeurs.
Vous pouvez également rédiger des articles sur des blogs relatifs au sujet enseigné, mettre en place des campagnes d’e-mailing et vous appuyer sur vos étudiants pour relayer l’information.

À savoir :
Si vous souhaitez toucher des professionnels via les réseaux sociaux, vous aurez davantage de chance en les abordant via LinkedIn, ou Twitter. En revanche, si vous souhaitez toucher des jeunes Instagram sera plus approprié.

Susciter l’intérêt

Le second objectif est de susciter de l’intérêt. C’est le moment de mettre le paquet et d’expliquer en quoi suivre votre cours va être bénéfique à l’apprenant.

Pour cela, adressez-vous directement à votre public, soyez clair, concis et précis.

Pour présenter votre offre :

  • Expliquez à quelle problématique vous répondez ;
  • Vantez l’intérêt à suivre la formation ;
  • Précisez clairement les objectifs ;
  • Présentez les moyens employés,
  • Donnez les prérequis ;
  • Rappelez les modalités d’inscription.

Soyez engageant, rassurant, pédagogue et sachez transmettre de l’émotion.
Pour cela, rien de tel qu’un peu de scénarisation, un exemple évocateur ou deux, des analogies, un contexte. En somme, tout ce qui peut donner du sens et transmettre des émotions.

Plus vous arriverez à faire en sorte que votre apprenant s’identifie à votre formation, plus vous aurez de chance de l’atteindre. Pour cela, il n’y a pas de secret : il faut s’intéresser à lui pour savoir comment lui parler. C’est tout l’intérêt du travail sur vos « persona ».

 promotion cours en ligne

Assurer la promotion de mes formations est une étape que j’affectionne particulièrement.
En effet, c’est le phase où il faut savoir suffisamment s’ouvrir aux autres, pour leur donner envie de vous rejoindre.

C’est le moment où l’on doit être convaincu de la qualité de ce que l’on a produit. Être à la fois vrai, sincère et laisser parler sa créativité pour interpeller et susciter l’envie.

Personnellement, j’aime bien utiliser un ton décalé, car il correspond bien à ma personnalité. Libre à vous de trouver votre ton, celui qui vous correspond et qui vous va bien.

⇒ Sachez animer la communauté d’apprenants

Attention ce n’est pas parce que votre contenu est en ligne que votre intervention s’arrête. Bien au contraire !

Créer et maintenir l’engagement

Il vous faut donc désormais assurer le SAV, c’est-à-dire être présent pour animer votre communauté. Et c’est là que vous allez avoir l’opportunité de faire la différence et de marquer les esprits.

Car, être visible c’est plutôt bien. Susciter l’intérêt, c’est mieux. En revanche, maintenir l’engagement de vos étudiants, c’est essentiel si vous souhaitez qu’ils aillent jusqu’au bout… et au-delà.

Car s’il est besoin, je vous le rappelle, les formations sont destinées aux apprenants. L’objectif du formateur, c’est de faciliter l’assimilation des savoirs et s’assurer que l’apprenant sera bien en capacité de réinvestir ses acquis.

Ce qui intéressera les apprenants dans votre formation en ligne, ce ne sont pas les supports écrits, les ressources ou les livrables. Ce qu’ils viendront chercher chez vous, plutôt qu’un autre, c’est votre expertise et votre capacité à la transmettre de manière pédagogique et vulgarisée.

 espace de discussion formation

Donc, donnez-leur du temps, échangez avec eux et permettez-leur d’échanger ensemble. Pratiquez le social learning, mettez en place une communauté apprenante. Pour cela, vous avez différentes possibilités : les chats, les forums de discussion, les classes virtuelles, etc.

Certes ! Cela demande du temps, mais il faut savoir ce que vous voulez : Proposer des cours mémorables ou des cours « discount » ?

Il n’y a pas que l’aspect financier…

Donc, gare à ceux qui ne seraient tentés de ne penser qu’au retour sur investissement (ROI en anglais) de leur formation. Sachez voir plus loin, pour mesurer d’autres points que l’aspect financier.

Mesurer le retour sur attentes (ROE en anglais). Le ROE c’est quoi ?
C’est savoir évaluer la satisfaction des apprenants, la modification de leur comportement post formation, dans leurs pratiques professionnelles.

Mais pour cela faut-il encore avoir pris le temps de mettre en place un questionnaire avant la formation, pour identifier le point de départ et comparer avec le point d’arrivée quelque temps après la formation.

Le ROE vous interpelle ? Je vous en dis davantage ici.

N’oubliez pas que l’apprentissage, c’est partager avec l’accompagnateur (formateur) et entre apprenants.

C'est à vous...
  • Publiez votre cours
  • Assurez la promotion
  • Mettez en place et animez la communauté d’apprenants

Le mot de la fin

⇒ En résumé

1 – Le choix de votre plateforme d’apprentissage (LMS)

Il n’existe pas de plateforme de formation en ligne parfaite. Votre choix sera fonction de votre stratégie, de vos objectifs et donc du type de formation que vous souhaitez mettre en ligne.

2 – La phase de contrôle nécessite de la patience

Prenez votre temps pour relire votre cours et contrôler la justesse des contenus, l’enchaînement des séquences, le respect des objectifs. N’hésitez pas à faire ce travail en groupe.

3 – Le choix d’héberger ou intégrer vos vidéos

Déposez votre contenu vidéo sur une plateforme d’hébergement ou choisissez d’intégrer vos vidéos directement dans le contenu. À mon sens, préférez plutôt la première solution.

4 – Le test permet de réduire les risques

Avant de déployer votre cours en ligne, testez, testez, testez :

  • Par vous-même en créant un compte utilisateur ;
  • En faisant appel à d’autres personnes pour obtenir un maximum de retours…

5 – Le lancement d’un vaste programme de communication

Pour diffuser votre cours à grande échelle, faites feu de tout bois :

  • En utilisant les moyens de communication de votre public cible ;
  • En faisant appel à votre réseau et aux professionnels du thème abordé dans votre cours.

6 – L’animation de votre communauté d’apprenants

Ne pensez pas qu’à l’aspect financier. Donnez-leur de votre temps, échangez avec eux et permettez-leur d’échanger ensemble.

⇒ Quelques conseils personnels

Pour mon cours « Apprenez à agir pour votre santé » j’ai fait le choix de Google Classrooms pour plusieurs raisons :

  • Très facile d’utilisation, interface intuitive ;
  • L’univers Google est connu par un large public ;
  • Possibilité de déposer des contenus, des vidéos et d’interagir avec les apprenants.

En revanche, pour ceux qui utilisent des outils auteurs pour concevoir leurs modules de formation, Google ne permet pas l’intégration des contenus SCORM ou TinCan (xAPI).

Pour tester mon cours, j’ai pris un panel de différentes catégories de personnes (ce qui m’a permis d’avoir des points de vue différents, des retours variés) :

  • Un étudiant ;
  • Un membre de ma famille (efficace en français) ;
  • Une amie bienveillante (mais sans rapport avec le sujet) ;
  • Un formateur ;
  • Un expert de la santé.

Pour tester mon cours, j’ai créé un profil utilisateur me permettant de me connecter comme un apprenant, sans disposer de l’ensemble des droits. Cela m’a permis de voir exactement ce à quoi mes étudiants pouvaient accéder et ainsi tester en situation réelle.

 déployer cours en ligne

Besoin d’aide pour la conception de vos formations à distance ?
À votre disposition pour vous y aider et évaluer vos besoins.

< Étape 3/5 : Réalisez votre cours en ligne

Étape 5/5 : Analysez et améliorez vos cours en ligne >


Ne manquez plus rien !

Devenez Membre Privilégié

de Marketing Bienveillant

Je télécharge mes 16 guides gratuits

Cyril Bouchard

Cyril Bouchard


Je suis ingénieur pédagogique digital.
En quelques mots, j'accompagne les organisations et les Hommes pour leur simplifier l’environnent de la formation. Je les aide à concevoir leur dispositif et à digitaliser l’apprentissage, en proposant des solutions personnalisées, plus proches des besoins opérationnels, innovantes et adaptées aux contraintes budgétaires.
Prêt à Sweetcher ?

Cet article a 2 commentaires

  1. Reano

    Bonjour et bravo pour ce trés trés long mais intéressant message. Quelques fôtes d’orthographe : ) mais je ne vais pas chipoter. J’enregistrerai votre message pour suivre vos conseils. Question : une fois prise la décision de publier en ligne privée, comment faire payer les formations ? Garantir mes droits d’auteur ? Merci de votre réponse.

    1. Cyril Bouchard

      Bonsoir Michael,
      merci pour votre message très encourageant.
      Navré pour les quelques fautes d’orthographe, c’est le problème de terminer ses articles à 2h30 du matin 😉
      J’ai donc rectifié cela et vous remercie pour le feed-back. Et dire que dans l’article, je conseil la relecture. J’aurai voulu faire exprès, je ne m’y serais pas pris autrement !

      Concernant la facturation de vos formations, vous avez le choix entre différentes possibilités : espace membre, LMS (propriétaire ou open source), marketplaces…
      Aussi, je vous invite à consulter ces deux articles qui vous permettront certainement de trouver la meilleure solution pour votre projet.
      https://marketing-bienveillant.com/vendre-une-formation-en-ligne/
      https://marketing-bienveillant.com/quelle-plateforme-pour-vendre-une-formation-en-ligne/

      Pour ce qui est des droits d’auteur, il s’agit d’un vaste sujet, qui sera très probablement abordé dans un prochain article.
      Toutefois, voici quelques grands principes :

      “L’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous.”
      Le ​droit d’auteur​, c’est l’ensemble des droits exclusifs dont dispose un créateur sur son ​œuvre de l’esprit originale.
      Il se compose d’un ​droit moral et de ​droits patrimoniaux​.

      1) Le droit patrimonial permet à l’auteur de pouvoir être rémunéré pour chaque utilisation de son œuvre, pour une durée limitée. Au terme de la durée de protection, l’œuvre entre dans le ​domaine public et peut être librement utilisée. Le droit d’auteur fixe les modalités de publications, reproduction, adaptation et traduction des œuvres, pour un temps donné.

      2) Le droit moral est uniquement lié à la personnalité du créateur.
      Il se compose du :
      – Droit à la paternité : la légitimité de revendiquer la paternité de l’œuvre ;
      – ​Droit de divulgation : la possibilité de décider du moment et des modalités de sa publication ;
      – ​Droit au respect de l’intégrité : ou le pouvoir de s’opposer à toute déformation ou mutilation de l’œuvre pouvant porter atteinte à la réputation, ou à l’honneur du créateur ;
      – ​Droit de retrait et de repentir : le droit du créateur de demander le retrait de la circulation de son œuvre moyennant une compensation.

      Contrairement aux ​droits patrimoniaux​, le ​droit moral est inaliénable (non cessible), perpétuel (pas de limite dans le temps) et imprescriptible (n’expire pas).
      Un créateur ne peut donc ni les céder, ni y renoncer.

      Les œuvres sont protégées dès lors qu’elles sont “​originales​” et “​mises en formes​”, c’est à dire qu’elles doivent :
      – Porter l’empreinte de la personnalité de l’auteur ;
      – Exprimer un choix libre et créatif de l’auteur ;
      – Être réalisées dans une forme perceptible par les sens ;
      “L’œuvre est réputée créée, indépendamment de tout divulgation publique, du seul fait de la réalisation, même inachevée, de la conception de l’auteur”
      “La qualité d’auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l’œuvre est divulguée”

      Ceci étant dit, je vous recommande, de bien lire à deux fois les conditions générales des sites ou des plateformes sur lesquels vous allez déposer vos contenus. Certains n’hésitent pas à y glisser des clauses de cession de droits.

      Je vous souhaite une bonne continuation dans votre projet
      A votre disposition

Laisser un commentaire