4 étapes pour structurer un cours en ligne : objectif de la formation et évaluations…

4 étapes pour structurer un cours en ligne : objectif de la formation et évaluations…

Après avoir défini la structure de votre projet de cours en ligne, il est désormais temps de vous pencher sur le contenu de votre formation. C’est à dire, ce que vous allez transmettre à vos apprenants et de quelle manière. Je parle là, de l’aspect pédagogique.

Dans cette seconde étape, je vous accompagne pour vous permettre de concevoir ou d’adapter le contenu de votre formation en une expérience d’apprentissage à distance.

concevoir projet elearning

Dans la précédente étape, je vous ai donné des conseils pratiques pour bien définir et réussir votre projet e-learning. À ce stade, vous devriez donc avoir :
– pris le temps de bien vous questionner sur votre projet ;
comparé ce qui se pratique sur le marché ;
dressé un état des lieux des publics concernés ;
identifié les moyens à votre disposition ;
cerné les contraintes avec lesquelles vous allez devoir composer ;
– été en mesure de faire des choix sur le type d’expérience d’apprentissage que vous allez faire vivre.

Pas mal pour une première étape ! Passons maintenant à la deuxième étape « structurer un cours en ligne ». J’ai préféré scinder cette étape en deux parties afin de ne pas la rendre indigeste.

Dans celle-ci, j’aborderai la définition des objectifs de votre formation et le choix des méthodes d’évaluation. Dans la deuxième partie, nous verrons ensemble la réalisation d’un séquençage, la rédaction d’un cours et comment illustrer un cours en ligne pour le dynamiser…

Présentation > Etape 2-1 pour créer un cours en ligne : structurer un cours en ligne

Avant de voir comment structurer un cours en ligne, voyons où vous en êtes…

Deux situations possibles :

1 – Vous partez de zéro et vous souhaitez directement concevoir une formation en distanciel.

2 – Vous ne partez pas de rien, car vous dispensez déjà une formation existante que vous voulez adapter au distanciel.

Ce ne sont pas les même approches, mais rassurez-vous ! Dans les deux cas, vous êtes au bon endroit.

À quel niveau se situe la différence ?

  • Dans le premier cas, il vous faut tout construire.

Nous allons donc prendre le temps d’aborder quelques notions essentielles en ingénierie pédagogique, qui vous permettront de produire votre premier cours en ligne.

structurer un cours en ligne

Toutefois, si c’est la première fois que vous produisez une formation, quelle qu’elle soit, je vous recommande de consulter le Mooc : Initiez-vous à la conception de formation. Il vous permettra d’en apprendre davantage, de manière plus approfondie.

  • Dans le second cas, vous avez déjà une bonne base de travail.

Il serait tout de même dommage de ne pas l’exploiter. Je vous expliquerai donc comment vous y prendre pour utiliser la matière existante. Vous verrez qu’il n’est pas nécessaire de repartir de zéro, bien au contraire.

Êtes-vous prêt(e) pour apprendre à structurer un cours en ligne ? Alors, c’est parti !

Comment définir les objectifs de votre formation ?

Commençons et faisons comme si vous étiez un(e) débutant(e) partant de rien.

Votre premier chantier consiste à définir les objectifs de votre formation. Cela va vous permettre d’identifier les compétences que l’apprenant devra développer grâce à votre enseignement.

Les 3 domaines d’apprentissage

Les résultats d’apprentissage sont reliés aux compétences visées par la formation. Il existe trois domaines de l’apprentissage :

domaines d'apprentissage

Cognitif – Le savoir et le savoir-faire intellectuel
Processus mentaux qui relèvent de la compréhension, du raisonnement et de la mémorisation.

Affectif – Le savoir-être
Attitudes, valeurs  concernant le domaine à améliorer ou développer.

Psychomoteur le savoir-faire physique
Gestes physiques, techniques, dextérité, manipulation de son corps ou des objets.

Remarque.
On entend souvent sur Internet qu’un apprentissage à distance ne permet pas de traiter le domaine affectif et psychomoteur. En fait, c’est faux.
Il est tout à fait possible de développer l’aspect affectif grâce à la vidéo ou des outils collaboratifs. Idem, pour le domaine psychomoteur. Avec des outils vidéo même si cela demande au formateur des efforts de conception supplémentaires avec des explications détaillées.

Dans un premier temps, il vous faut donc identifier les besoins auxquels vous allez devoir répondre.

marketing bienveillant

En quelque sorte, vous pouvez le traduire par : « Quels sont les savoirs, savoir-faire et savoir-être que l’apprenant doit pouvoir être en capacité de mobiliser à l’issue de la formation ?»

En vous posant cette question, vous allez ainsi pouvoir déterminer quels sont :

  • les savoirs auxquelles il doit avoir accès et qu’il aura à assimiler ;
  • les savoir-faire que vous allez lui permettre d’acquérir,
  • les savoir-être que vous allez l’aider à développer.
  • les prérequis nécessaires pour accéder à la formation
Notez...

Le terme de savoir correspond à une notion ou une connaissance qui est mémorisée et qui peut être remémorée, à tout moment.

Le savoir-faire est un mode opératoire que l’apprenant doit acquérir et pouvoir reproduire.

Le savoir-être quant à lui, traduit une attitude ou un comportement attendu, dans une situation donnée.

Les prérequis correspondent aux conditions minimums exigibles. Ils permettent d’identifier le point de départ de l’apprenant.

Les objectifs pédagogiques

Maintenant que vous avez une idée de ce que vos apprenants doivent savoir, savoir-faire et comment ils doivent se comporter à l’issue de la formation, vous devez formuler vos objectifs pédagogiques.

Nous verrons que c’est en répondant aux critères de réussite de ces objectifs pédagogiques, que l’apprenant développe des capacités, qui une fois réunies permettent d’acquérir des compétences.

Un objectif mal calibré, c’est l’échec assuré, alors voici une méthode pratique, qui vous permettra de vous y prendre correctement, pour bien les formuler.

3 C pour bien formuler

Un objectif pédagogique traduit ce que l’apprenant doit :

objectif pédagogique

Comportement : Un verbe d’action décrivant un comportement observable et mesurable.
Condition : Une ou plusieurs conditions (moyen, contexte) de réalisations.
Critère : Un ou des critères de réussites ou de performances.

Sur le papier cela peut paraître plutôt simple. Mais comment bien choisir le verbe d’action décrivant le comportement ?

La Taxonomie de Bloom

Heureusement BB est passé par là, pour nous apporter un peu de méthode.

Vous l’aurez deviné, BB ce n’est pas Brigitte Bardot. En fait, il s’agit de Benjamin Bloom, un psychologue américain spécialiste de la pédagogie.

Il a développé dans les années 50 (pour les puristes, il n’était pas seul), une classification progressive des niveaux d’acquisition des connaissances. Elle permet d’identifier précisément l’activité intellectuelle sollicitée chez un apprenant, quand on l’évalue sur une compétence.

taxonomie de bloom

Elle se décline en 6 niveaux d’acquisitions : Mémorisation – Compréhension – Application – Analyse – Synthèse – Évaluation.
À chaque niveau correspond une liste de verbes que je mets à votre disposition dans SLACK et que vous pourrez compléter au gré de vos recherches.

Prenons deux exemples :

Quand vous faites appel à la mémorisation de l’apprenant (niveau 1 de la taxonomie), employez des verbes tels que : citer, énoncer, décrire ou définir, … pour formuler votre objectif pédagogique.

En revanche, quand il s‘agit de mettre en application, (niveau 3 de la taxonomie), utilisez des verbes comme : mettre en œuvre, représenter, calculer, employer, …

taxonomie de Bloom

Important : La taxonomie de Bloom est une classification progressive. Cela veut dire que pour viser un niveau d’acquisition, il faut d’abord maitriser le précédent.

Par exemple : pour Appliquer, il faut d’abord Comprendre et pour Comprendre, il faut avoir Mémorisé.

Notez
Conseil.
Faites usage que de verbes qui permettent d’évaluer de manière factuelle. Pour cela, évitez les verbes trop subjectifs tels que connaître ou savoir.

Au cours de vos recherches personnelles, vous rencontrerez probablement des  variantes de la taxonomie de Bloom. C’est par souci de simplification que je n’ai volontairement abordé que la plus connue.

Veillez à ne pas surévaluer ou sous-évaluer le niveau attendu.

Si vous souhaitez que votre étudiant sache mettre en application une notion (niveau 3 de la taxonomie)

  • Ne lui demandez pas d’être capable de l’analyser (niveau 4). C’est bien au-delà du besoin.
  • À l’inverse, n’attendez pas seulement de lui qu’il mémorise (niveau 1) la notion. Ce serait trop insuffisant pour atteindre l’objectif.

Faites des objectifs SMART

Vous êtes presque prêts à formuler vos objectifs pédagogiques. Il suffit maintenant de vous assurer qu’ils seront SMART, c’est à dire, suffisamment clairs pour qu’ils répondent aux critères suivants :

  • Spécifique : définis de manière précise en lien avec l’activité
  • Mesurable : quantifiables
  • Atteignable : prendre en compte sa faisabilité
  • Réaliste : suffisamment motivants pour vos apprenants
  • Temporel : bien délimités dans le temps

Voyons ce que cela donne avec un exemple

Prenons le cas de la formation que vous êtes en train de suivre. Un des objectifs pédagogiques pourrait être le suivant :

À l’issue de la seconde étape de cette formation, l’apprenant doit être capable de formuler un objectif pédagogique de manière autonome en respectant la méthode employée dans le cours et en s’appuyant sur la taxonomie de bloom.

L’objectif est-il bien formulé ?

  • Il fait bien référence à la capacité de l’apprenant : Être capable de
  • Le comportement observable est matérialisé par le verbe d’action « Formuler », qui fait référence au 3e niveau de la taxonomie de Bloom : Application.
  • La condition de réalisation et qu’il doit le faire de manière autonome
  • Les critères de réussites sont détaillés :                             
    – Formuler un objectif pédagogique
    – Respecter la méthode du cours
    – S’appuyer sur la taxonomie de bloom

L’objectif est-il SMART ?

  • Il est bien spécifique, puisqu’en lien avec l’activité ;
  • Il est mesurable puisque les critères sont définis par l’évaluation à mettre en place ;
  • Il est atteignable, car il correspond à ce qui est enseigné dans le cours ;
  • Il est réaliste. Ni sur évalué, ni sous-évalué ;
  • Il est temporel et doit être réalisable à la fin de cette seconde étape.
C'est à vous...

Identifiez les savoirs à assimiler, les savoir-faire à développer et les savoir-être attendus

Formulez les objectifs de votre formation ainsi que les différents objectifs pédagogiques

Comment choisir les méthodes d’évaluation ?

Vous savez désormais formuler un objectif pédagogique. Il vous faut maintenant définir comment vous allez évaluer l’acquisition des apprentissages. C’est le moment d’identifier les méthodes d’évaluation. Elles vous permettront d’estimer le niveau d’atteinte des objectifs que vous avez fixés.

Pour cela, il est nécessaire que vous sachiez ce que vous allez évaluer, de quelle façon et avec quels outils.

Vous devez donc :

  1. cibler les connaissances qui doivent être acquises par vos apprenants,
  2. apprécier le niveau d’acquisition des apprentissages,
  3. définir la méthode d’interprétation des résultats.

Ciblez les apprentissages à évaluer

Quel niveau voulez-vous que l’apprenant atteigne ?

1 – Reprenez vos objectifs pédagogiques, car ils correspondent à ce qui doit être évalué.
En les associant à des évaluations, ils permettront la réalisation de performances, qui attesteront de la maîtrise de l’apprentissage.

2 – Pour chacun d’entre eux, définissez précisément le niveau d’apprentissage à atteindre. En fonction du niveau attendu, le type d’action demandé lors de l’évaluation doit être différent.

Les trois niveaux d’apprentissage

Il peut s’agir d’un niveau de base, intermédiaire ou encore complexe.

niveaux d'apprentissage

Les deux premiers niveaux traitent d’opérations intellectuelles fondamentales. Quant au niveau « haut niveau », celui-ci aborde des actes intellectuels complexes mettant en application les deux niveaux inférieurs.

En fonction de l’un de ces niveaux attendus, il vous sera plus facile de choisir :

  • les bonnes activités pédagogiques à mettre en place (en distanciel ou en présentiel) ;
  • le type et la nature de l’évaluation.
structurer un cours en ligne

L’infographie que je mets à votre disposition permet d’identifier les types d’actions qui peuvent être demandées aux apprenants pour vérifier leur niveau de maîtrise des objectifs, en fonction d’un niveau de compétence attendu.

Par exemple, si une partie de l’objectif pédagogique consiste à être capable d’identifier des composants, il s’agit d’une compétence cognitive associée à un objectif de base.

Remarque. Il est parfois difficile de classer un objectif dans un seul des trois domaines d’apprentissage.
Par exemple, pour installer un site WordPress :
– c’est cognitif, car l’apprenant doit avoir des connaissances sur la procédure à suivre ;
– c’est psychomoteur, car l’apprenant doit savoir manipuler des outils informatiques.

structurer un cours en ligne

En reprenant notre premier exemple, si vous désirez ensuite élever le niveau de compétence attendu, alors, vous pourrez demander à vos apprenants de décrire le fonctionnement de ces composants, voir leur demander d’analyser leur fonctionnement.

Appréciez le niveau d’acquisition

Vous savez désormais ce qui doit-être évalué. Il vous faut donc choisir le moment, l’objet et la méthode d’évaluation adapté à l’objectif et au niveau de compétence ciblé.

Une évaluation peut avoir lieu :

À quel moment évaluer ?

  • avant un enseignement : par exemple pour évaluer des prérequis ou le niveau d’engagement d’un apprenant ;
  • pendant : par exemple pour tester la compréhension du cours ;
  • après : par exemple pour certifier l’apprentissage.

Pour déterminer précisément quand les évaluations doivent intervenir, vous devrez les planifier dans votre plan de séquence (nous verrons la réalisation d’un séquençage dans le prochain cours).

Vous pouvez positionner des évaluations académiques, dès lors que vous devez évaluer la maîtrise d’un apprentissage. Puis, intercaler des évaluations pédagogiques régulièrement, afin de permettre à vos apprenants de se tester.

En tout état de cause chacun des objectifs que vous avez fixés doit être évalué.

évaluations cours en ligne

Les évaluations académiques doivent systématiquement être précédées d’évaluations pédagogiques pour permettre à l’apprenant de se mettre situation de réussite.

Notez
  • L’évaluation pédagogique ou formative a pour fonction de favoriser la progression des apprentissages.

    Elle permet à l’élève ainsi qu’au formateur d’obtenir des renseignements sur les acquis et les points d’améliorations. Elle concerne des apprentissages précis et s’effectue toujours en cours d’activité. Elle permet d’évaluer la progression de l’apprenant tout en lui permettant d’appréhender les difficultés et de comprendre ses erreurs.
    Elle peut être animée soit par le formateur, soit en auto-évaluation, soit par les pairs. Dans tous les cas, elle n’est jamais associée à une quelconque notation.
  • L’évaluation académique ou sommative a pour fonction de permettre une reconnaissance et une validation des apprentissages.

    Elle intervient à l’issue d’un processus d’enseignement et doit permettre de sanctionner ou valider, le niveau de maîtrise des apprentissages. Elle relève de la responsabilité du formateur et doit être prévue, préparée et réalisée de manière solennelle. Les conditions doivent être équitables pour tous les apprenants.
    La notation quant à elle doit être, objective, juste, impartiale et refléter les acquis de l’apprenant.

Sur quoi évaluer ?

Cela peut paraître un peu « bateau », mais n’évaluez que, ce sur quoi portent les apprentissages dispensés et les notions que vous aurez demandé d’apprendre de manière autonome.

Pour cela vous disposez d’un large choix de possibilités. Vous pouvez par exemple évaluer :

  • des connaissances ;
  • un produit fini (ex : la qualité de montage d’un appareil) ;
  • un processus de pensée (ex : la qualité de déduction d’une panne) ;
  • une performance ponctuelle (ex : la reproduction d’une procédure) ;
  • des progrès réalisés sur une période ou entre deux étapes.

À vous de choisir la meilleure méthode

Certaines méthodes d’évaluation permettent une correction « objective », car les réponses fournies par les apprenants ne sont pas sujettes à interprétation, de la part du formateur.

Par exemple :

  • QCM : Questionnaire à choix multiples ;
  • questions appelant des réponses courtes (un mot,  une phrase) ;
  • Vrai / Faux ;
  • Oui / Non

D’autres méthodes requièrent davantage de travail d’interprétation. Par conséquent, l’évaluation risque d’être plus « subjective », si les critères de notation ne sont pas suffisamment explicites.

Exemple :

  • questions ouvertes qui appellent des réponses développées ;
  • les exposés oraux ;
  • les démonstrations physiques.

Pour élaborer une évaluation académique, vous devez :

  • d’abord, cibler les objectifs pédagogiques que vous souhaitez évaluer et spécifier quel niveau de performance vous attendez de la part de vos apprenants.
  • et ensuite, réfléchir à la meilleure activité d’évaluation pour leur permettre de faire la démonstration de leurs apprentissages.

Les évaluations pédagogiques que vous choisissez doivent quant à elles, nécessairement être en lien directe avec les évaluations académiques, ceci dans un souci de cohérence pour les apprenants.

évaluation pédagogique et académique

C’est pourquoi, avant de procéder à une évaluation académique, vous devez donner la possibilité à vos élèves de démontrer leurs apprentissages dans un contexte leur permettant de faire des erreurs, de les repérer et de se corriger en prévision de l’évaluation académique.

Interprétez les résultats

Nous venons d’aborder ce que vous devez évaluer, quand et comment.

Il est maintenant temps de voir comment interpréter les performances des apprenants, en fonction des critères de notation et de réussite que vous avez déterminés préalablement, pour donner une valeur à cette performance.

Fixez les critères d’évaluation

Pour qu’elle puisse avoir lieu, l’évaluation nécessite des critères. Vous devez donc les établir en définissant les indices observables, qui permettent de donner une note à la performance.

Ces critères sont directement liés aux objectifs pédagogiques et permettent de clarifier ce qui est évalué. Ils donnent une description détaillée de ce qui doit être acquis, appris ou maîtrisé.

Par exemple :

  • “l’apprenant doit classer les étapes de montage, dans l’ordre de la procédure vue au cours de la formation, sans avoir recours à l’utilisation d’une fiche technique”,
  • “l’apprenant doit identifier les composants de la machine et les associer à leur fonction ”

Plus vos critères seront précis, plus vous serez en capacité, lors de l’évaluation (en présence ou à distance), de vous focaliser sur ce qu’il y a lieu d’évaluer, et de faire abstraction du reste.

Définissez le bon niveau de performance attendu

Identifier les différents niveaux de performances que vous attendez. Cela permet de faire la distinction entre les apprenants qui atteignent les apprentissages attendus, de manière satisfaisante, partiellement satisfaisante ou pas du tout satisfaisante.

Vous pouvez mettre en place des niveaux de performance, avec ou sans “échelle” de valeurs, en fonction de la méthode d’évaluation que vous allez choisir et du contexte dans laquelle elle se déroule.

Combinez critères et niveaux

Ensuite, en croisant vos critères avec les différents niveaux atteignables, vous obtiendrez une grille d’évaluation critériée.

Chaque critère doit correspondre à différents niveaux de performance. Ainsi, à l’aide de cette grille, vous pouvez déterminer quel est le niveau de l’élève en fonction du critère d’évaluation.

C’est un outil qui vous permet de systématiser l’évaluation et d’être en phase sur la façon dont les apprenants sont évalués.

Analysez l’évaluation en toute objectivité

Ce ne sera pas nécessairement vous qui allez assurer l’évaluation des apprenants. En effet, cela pourrait être :

  • un jury externe ;
  • l’apprenant lui-même ;
  • d’autres apprenants (évaluation par les pairs) ;
  • un autre formateur.
  • une machine (mais programmée par un humain)

Toutefois, lorsque vous serez amené à évaluer, pensez que vous émettez un jugement sur une performance.

Cette méthode n’a pas pour prétention de gommer la subjectivité dans l’évaluation. Elle est faite pour vous aider à tendre vers une objectivité “procédurale” et ainsi limiter les effets de la subjectivité.

Fixer des critères clairs et définir des niveaux de performances justes, vous permettront de rendre le processus d’interprétation moins subjectif, c’est-à-dire dépendant de circonstances externes à l’évaluation elle-même.

En résumé, voici les 12 recommandations pour produire une évaluation pertinente

  1. Vos évaluations doivent être liées aux objectifs d’apprentissage ainsi qu’aux activités, afin qu’elles soient signifiantes pour vos apprenants.
  2. Repartez des objectifs pédagogiques pour définir ce que vous devez évaluer et quel niveau de compétence l’apprenant doit atteindre.
  3. Mettez toutes les conditions en place pour permettre à vos apprenants de bien se préparer.
  4. Variez les plaisirs, procéder à différents types d’évaluation pour toucher le maximum d’apprenants.
  5. Alterner le facile et le difficile, le ludique et l’aride.
  6. Évaluer les apprentissages à différents moments pour permettre aux apprenants de corriger leurs erreurs et de s’améliorer en vue de l’évaluation finale.
  7. Soyez clair dans vos questions, vos consignes, vos critères de notation et de réussite. Annoncez le type de questions, présentez les évaluations et expliquez le mode de correction.
  8. Donnez du sens à l’évaluation. Soyez précis sur les objectifs à atteindre, l’intérêt pour l’apprenant, les conditions d’évaluation.
  9. Utilisez des systèmes de notation permettant d’évaluer des critères observables et mesurables.
  10. Évitez toute subjectivité. Restez impartial, objectif et intègre.
  11. Laissez parler votre créativité.
  12. Prenez du plaisir

En vous aidant de ce cours et des outils mis à votre disposition dans l’espace collaboratif :

C'est à vous...
  • ciblez les apprentissages que vous souhaitez évaluer ;
  • identifiez les moments d’évaluation :
  • choisissez les méthodes d’évaluation que vous allez mettre en œuvre ;
  • fixer les critères d’évaluation et le niveau de performance attendu.

< Etape 1/5 : Définissez votre projet e-learning

Étape 2-2/5 : Structurez mon cours en ligne (étape 2) >

Ne manquez plus rien !

Devenez Membre Privilégié

de Marketing Bienveillant

Je veux m’inscrire…

Cyril Bouchard

Cyril Bouchard


Je suis ingénieur pédagogique digital.
En quelques mots, j'accompagne les organisations et les Hommes pour leur simplifier l’environnent de la formation. Je les aide à concevoir leur dispositif et à digitaliser l’apprentissage, en proposant des solutions personnalisées, plus proches des besoins opérationnels, innovantes et adaptées aux contraintes budgétaires.
Prêt à Sweetcher ?

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez 17 guides pratiques


90 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer